Quand le Rock’n Roll envahit ta salle de bain à coup de savon solide

on

Cela fait presque deux ans que j’utilise des savons solides. Étonnamment ça n’a pas été l’étape la plus simple de mes changements d’habitude. Je me suis rendue compte de toutes les idées reçues que j’avais à ce propos, j’aimais bien l’odeur de mon gel douche et je me souviens avoir dû argumenter quand j’étais petite avec mes parents pour qu’ils m’achètent du Tahiti douche plutôt qu’un savon solide, histoire de ne pas avoir l’air ridicule quand je prenais ma douche après un match de basketball.

Il ne faut donc pas nier les aspects psychologiques des changements d’habitude, ni la force de persuasion de nos relations amicales. J’avais introduit subrepticement une réflexion sur nos modes de consommation et le zéro déchet auprès de nombreux amis, notamment en leur prêtant des bouquins ou en discutant de ce qui avait changé chez nous. Et puis, l’un d’eux a décidé de faire ses propres savons solides, il avait un diplôme d’agronomie et c’était un des changements qui l’amusait le plus. Il a commencé à tester pleins de recettes, m’a offert régulièrement ses productions (il se fait que je suis aussi la marraine de leur fille) et, grâce à lui, les bouteilles en plastique ont également disparu de ma salle de bain. Nous sommes ensuite partis au Canada 6 mois en sabbatique avec l’un de ses savons, sur place j’en ai testé d’autres, ai acheté des shampoings et après-shampoings solides, dépassés mes a priori là-dessus aussi et c’est devenu une évidence pour moi, sans retour en arrière possible.

Lorsque la marque belge Wash Wash Cousin m’a proposé de tester certains de leurs produits, j’ai été ravie de vérifier si cette marque était aussi drôle à utiliser que n’en donnait l’impression son marketing peu ordinaire. Et puis, une grande partie des ingrédients utilisés provenait de l’agriculture biologique donc c’était une raison supplémentaire non négligeable de me donner envie d’essayer ce qu’ils proposaient.

Tout d’abord le savon. Je l’ai choisi pour les enfants (il est aussi conseillé pour les femmes enceintes), à la calendula-avoine-amande douce. L’odeur est discrète, agréable et laisse la peau douce. Il reste bien compact et ne laisse pas de dépôts quand on le dépose sur un support, contrairement à d’autres savons (donc un petit plus non négligeable). Il arrive dans un emballage en carton, plein d’humour, sans film plastique. Les couleurs des autres parfums disponibles sont assez vives, peut-être un peu trop à mon goût mais ça met sans aucun doute du peps dans la salle de bain.

Le shampoing pour cheveux secs à l’huile de coco et litsée citronnée et l’après-shampoing . Faciles à tenir en main, ils moussent pas mal (psychologiquement ça compte aussi), mes cheveux sont vraiment doux après utilisation et facile à coiffer (et j’ai beaucoup, beaucoup de cheveux, bouclés en plus). L’après-shampoing peut aussi être utilisé comme masque capillaire à laisser poser. Le shampoing existe également pour cheveux gras, normaux et pour bébé. J’aurais peut-être préféré une odeur un peu moins discrète mais j’en suis vraiment satisfaite et ma crinière aussi!

Le démaquillant solide, une des grandes découvertes pour moi. Je ne me maquille pas beaucoup mais je le trouve assez sympa. La taille est assez pratique pour l’utiliser sur le visage, il ne pique pas aux yeux et le mascara ne lui résiste pas. Je ne m’attendais pas à grand chose sur ce coup-là mais en suis ravie!

Le déodorant solide. Là, c’est peut-être le produit qui m’a le moins plu. Il est conditionné dans un pot en verre, à garder près d’une source de chaleur en hiver et au frais en été. Il est efficace, ne laisse pas de trace mais est peu pratique à appliquer. Jusqu’à présent, j’utilisais le déodorant solide de Lamazuma, il suffisait de l’humidifier et de le passer sous ses aisselles. Ici, comme il est dans un flacon en verre, je galère un peu pour l’appliquer. Il reste cependant très facile à glisser dans sa trousse donc je lui laisse encore une chance de me plaire.

Enfin, le baume à lèvres se trouve également dans un pot en verre, est hyper efficace, ne colle pas, n’a pas de goût et a réparé mes lèvres qui commençaient à se fendiller au bout de quelques applications.

Il me restera à tester le dentifrice solide lorsque j’aurai fini celui au charbon actif que j’utilise actuellement et dont je ne suis pas vraiment satisfaite (même s’il se décompose moins que celui que j’avais trouvé au Canada). A suivre donc!

Bref, pour un premier essai de ma part, je trouve la marque assez sympa, transparente sur son mode de production et les produits utilisés. Les notes sur l’application Yuka sont assez bonnes aussi.

Aspect non négligeable, il s’agit d’une marque belge, wallonne en plus, produite, selon leurs dires, sur fond de Hip Hop et Death Metal.

Ils sont partis à l’assaut du marché belge, leur grain de folie est contagieux et ils sont disponibles dans de nombreuses enseignes bio, notamment chez Bio Planet, mais aussi dans certains Delhaize. Plus d’infos ici: https://washwashcousin.be/nous-trouver/

À tester, donc!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.